Pour conduire votre moto en toute sécurité, vous devez passer le test de conduite. Mais cela ne signifie pas que vous avez terminé votre formation. Même la meilleure école de conduite ne peut pas vous apprendre tout ce qui fait un bon motocycliste. Voici quelques conseils pratiques que même les cyclistes expérimentés devraient connaître.

N’en faites pas trop au début

La conduite d’une moto exige beaucoup du cerveau et des muscles : une concentration constante, des décisions rapides, des mouvements inhabituels et des forces de maintien. Pas étonnant que les débutants, en particulier, se fatiguent rapidement. Donc : rythmez consciemment vos sorties, faites des pauses fréquentes en cours de route et observez-vous. Les motards expérimentés peuvent déceler de petites erreurs de conduite ou d’utilisation qui indiquent une baisse de concentration. N’oubliez pas de mettre votre clignotant ou de rétrograder. Évitez de tourner trop serré ou trop vite. Sur la route, ne manquez pas les panneaux de signalisation. Il est préférable de planifier vos premières visites pour qu’elles ne durent pas plus de 2 ou 3 heures.

Soyez prudent

Bien sûr, c’est amusant de tester la puissance du moteur. Mais le fait d’appuyer constamment sur l’accélérateur implique des manœuvres de freinage tout aussi difficiles. Ce changement constant et frénétique surcharge les débutants en particulier, empêchant un bon rythme et une ligne propres. C’est d’autant plus vrai que la piste est plus exigeante. Essayez plutôt de rouler en douceur, en regardant loin devant vous, et surtout, en pensant à l’avenir. N’oubliez pas : une ligne propre ne vous rend pas seulement sûr et détendu sur les routes de campagne, mais aussi rapide en fin de compte.

Créez une routine

De nombreuses séquences de comportements et de mouvements sont constamment répétées lorsque vous êtes sur la route à moto. L’internalisation de ces routines pour qu’elles se déroulent automatiquement en cas de besoin présente l’immense avantage de vous permettre de réagir plus rapidement et de rester concentré sur la situation actuelle. La meilleure façon de s’entraîner est de trouver son propre itinéraire. Une que vous aimez conduire souvent et toujours dans la même direction. Conduisez cet itinéraire consciemment, apprenez-le par cœur, courbe par courbe, jusqu’à ce que vous ayez trouvé votre ligne idéale. Avec le temps, vous pouvez également intégrer à ce parcours des exercices de freinage et d’évitement.

Apprenez à lire la route

La découverte de nouveaux itinéraires, l’exploration de zones inconnues rendent le tourisme à moto particulièrement attrayant. Toutefois, cela comporte toujours un certain danger, car il est souvent impossible de savoir si le prochain virage sera serré et comment la route se poursuivra ensuite. Heureusement, les routes de campagne, surtout les petites routes secondaires, suivent généralement le paysage. Il faut donc observer non seulement la route, mais aussi le paysage qui l’entoure. Les haies, les rangées d’arbres, les lignes électriques, les cours d’eau, tous ces éléments peuvent fournir des indices sur le tracé de la route.

Conduisez par temps de pluie

Il est bien connu que la pluie est un phénomène fréquent en Europe. Les occasions de s’entraîner à la conduite sur route mouillée sont nombreuses. En plus de gêner la visibilité sur la visière, l’eau a la désagréable propriété de réduire le coefficient de friction de la surface de la route. En d’autres termes, l’adhérence possible des pneus est réduite. Par conséquent, l’angle d’inclinaison est moindre dans les virages et les distances de freinage sont plus longues. La conduite par temps de pluie permet d’augmenter votre expérience. Les pneus modernes de sport de randonnée et d’endurance sur route atteignent un niveau d’adhérence sur route mouillée que la plupart des débutants n’utilisent guère, même sur le sec. Ne laissez donc pas un peu d’eau vous effrayer. Il suffit de rouler un peu plus lentement que d’habitude, de garder une distance de sécurité plus grande et d’éviter les actions frénétiques de freinage, de direction et d’accélération. Faites toujours très attention autour des plaques d’égout, des marquages routiers et des plaques de bitume, car ils peuvent être extrêmement glissants. Le glissement est plus accentué dans des conditions humides. Il est préférable de les contourner et de les dépasser.

Restez toujours sur vos gardes

Rouler avec d’autres personnes peut apprendre beaucoup aux débutants. Cependant, les visites en groupe peuvent aussi facilement dégénérer en stress si les autres se plaignent que le nouveau venu est trop lent ou, ce qui arrive le plus souvent, si ce dernier se met trop de pression de peur de gâcher le plaisir des autres. La seule chose qui peut aider est de préciser dès le début que le groupe s’adaptera au rythme du plus lent. Et vous devez accepter votre statut de débutant. Tous les autres ont démarré en même temps. Donc, si vos compagnons de route se plaignent, ce n’est pas votre rythme qui est mauvais, c’est le groupe.

Si vous conduisez votre moto en étant toujours attentif, sachez que vous allez rapidement maîtriser la conduite. Vous allez vous familiariser avec cette belle aventure.